Voici la programmation culturelle à destination des adolescents pour ce mois de janvier 2018 :

 

Mardi 2 janvier 2018 (18h00 – 21h00) : Projection du film « L’ascension » à Paroles

Synopsis : « Pour toi je pourrais gravir l’Everest! » Samy aurait mieux fait de se taire ce jour là… D’autant que Nadia ne croit pas beaucoup à ses belles paroles. Et pourtant…

Par amour pour elle, Samy quitte sa cité HLM et part gravir les mythiques 8848 mètres qui font de l’Everest le Toit du monde.

Un départ qui fait vibrer ses copains, puis tout le 9-3 et c’est bientôt la France entière qui suit avec émotion les exploits de ce jeune mec ordinaire mais amoureux. A la clé, un message d’espoir : à chacun d’inventer son avenir, puisque tout est possible.

 

 

 

 

 

Vendredi 12 janvier 2018 (18h30 – 22h30) : Sortie théâtre à la Maison des Cultures de Molenbeek : « Mordamed »

Synopsis : C’est un moment de vie où tout a mal tourné.

C’est l’histoire de Moh et Ahmed, deux jeunes de quartier, qui ont trébuché. Ils nous racontent cet instant où ils sont passés de l’autre côté du monde. Ce sont des jeunes révoltés qui maudissent la société, la politique et l’argent. Nous les croisons tous les jours, ces voyous de quartier qui nous font peur. Nous apprenons à connaître leur quotidien, leurs amours, leurs faiblesses, …

Entre angoisse et humour, entre la mort et la vie, c’est l’histoire d’un homme mort le 16 septembre 2004.

 

 

 

 

 

Dimanche 21 janvier 2018 (14h00 – 18h00) : Sortie théâtre à la Maison des Cultures de Molenbeek : « Invasion ! »

 

Critique : « En gros c’est l’histoire d’une bande de mecs un peu nazes qui ne savent pas vraiment parler et s’exprimer. Qui ont des boutons, qui essaient de draguer les filles. Et qui, pour s’inventer une existence, ont inventé un personnage qui s’appelle Abdel Kassem. Et ce Abdel Kassem, qui vient du tréfonds du 18ème siècle pour envahir une Suède assez raciste, et bien cette pièce de théâtre est hilarante, féroce et efficace portée par une troupe absolument exceptionnelle qui danse, qui chante, et qui scande ce texte qui nous interpelle sur le racisme à l’intérieur de chacun de nous et cette espèce d’intolérance que nous avons. »
Esprit Critique – Chronique de Laure Adler sur France Inter, le 25.03.10

 

 

 

 

 

Vendredi 26 janvier 2018 (18h30 – 22h30) : Sortie théâtre à la Maison des Cultures de Molenbeek : « Hymne à l’imperfection »

 

 

Synopsis : Mathieu d’Angelo – alias Maky – connu dans le monde des musiques urbaines, se démarque du rap et du slam pour se consacrer pleinement à l’improvisation, un domaine où il excelle et où il devient littéralement un virtuose. La parole est vrillée en lui, brute, spontanée, instinctive. C’est son moteur, son alliée. C’est sa vie et c’est l’histoire de sa vie.

Enfant, il ne se plaint pas. Ce sont les adultes qui se plaignent de lui. A 6 ans, à l’école, il parle trop, est trop agité. Diagnostiqué hyperkinétique, on lui donne de la Ritaline. Le voilà dans l’éducation spécialisée, placé dans l’école « de la dernière chance ». Malgré les échecs et les redoublements, il veut devenir conseiller commercial. Il a la tchatche. Chez Delhaize, GSM Planet ou Mobistar, il vend. Il porte beau le costume, sa maman est fière, mais sa vie est déchirée en deux. La nuit, il ne dort pas. Il vend. Encore. Mais d’autres substances. La nuit, toutes les valeurs se bousculent : des gens importants qu’on lui citait autrefois comme des modèles, qui lui faisaient la morale, sont ses clients nocturnes. La nuit, le jour, la lumière, l’obscurité. Tout se mélange. Et puis, au milieu de ce tourbillon sans repos ni sommeil, « les mots » se mettent à tourner dans sa tête en un flot discontinu. Plutôt que de les laisser s’envoler avec le vent, de sa voix profonde modelée au fil du temps, il se met à les souffler aux oreilles de tous les « imparfaits anonymes ».