Nouvelles

Voici les dernières nouvelles du Centre Pédagogique Paroles

1e7ec463-d3f7-42c5-acdc-be9db2af5a6b

25 bonnes actions pour les 25 ans de l'association

Cette année, le Centre pédagogique Paroles fête ses 25 ans. Pour célébrer cela de manière originale, nous nous sommes inspirés d'une vidéo YouTube (https://www.youtube.com/watch?v=fkGgD6coGBc&t=0s).

Ce fut un gros challenge et en même temps une belle réussite ! Merci aux participants d'avoir fait naître ce projet et par la même occasion d'avoir créé de merveilleux souvenirs d'entraide, de solidarité et d'accomplissements.

Nous vous souhaitons un bon visionnage et n'hésitez pas à partager vos réactions !

(Cliquez ici si la vidéo ne fonctionne pas)

vacances-précautions

Le programme des activités de vacances pour les enfants du primaire !

Voici le tant attendu programme des activités organisées cet été pour les enfants du primaire (3e à 6e primaire). Diverses thématiques traverseront ce mois de juillet : les aztèques, la toupie acrobatique, Marco Polo et les tropiques !

Pour en savoir plus, venez vous inscrire !

Chaque semaine coûte 25€ par enfant.

PS : une garderie est accessible à 9h00 et jusque 18h00. Le montant à payer est de 15€ pour la semaine.

Cinedebat

Paroles aux jeunes (Ciné débat) : inégalités et répartition des ressources

Une nouveauté 2019 : Paroles ouvre ses portes aux jeunes tous les samedis après-midis ! Le Centre poursuit son ambition d’incarner un troisième lieu de vie pour nos jeunes, et proposera désormais des activités chaque samedi. Sorties, jeux, ateliers, films, sport... seront mis à l’honneur pour leur proposer un panel le plus varié possible !

C’est dans ce cadre que nous sommes heureux de lancer un nouveau projet à destination des jeunes : le Ciné-débat !

Chaque mois, les adolescents seront invités à résumer, décortiquer et commenter un film dans le but de les aider à développer leur esprit critique et se questionner sur des sujets de société. Ce type d’atelier est pour l’équipe un levier indispensable pour faire des jeunes de Paroles de futurs citoyens épanouis, maîtres de leurs choix, et des acteurs de changement.

 

Pour introduire notre première séance de ciné-débat, nous avons choisi Le Transperceneige (Snowpiercer, 2013, de Bong Joon-Ho).

 

Résumé du film : Dans un futur où une expérience ayant pour but de régler le réchauffement climatique tourne à la catastrophe, un système de classes se crée à bord du Transperceneige, un train qui parcourt la planète glacée grâce à un moteur animé par un mouvement perpétuel, ce système de classes devenant insoutenable, la population du dernier wagon se révolte.

 

Ce film avait pour objet de discuter ensemble de l’inégalité de la répartition des ressources dans les sociétés contemporaines.

Il s’agissait donc d’amener les jeunes à réfléchir sur les inégalités sociales d’une part, et des ressources qui nous entourent d’autre part, afin de faire des liens entre ces deux paramètres.

 

Suite au film, Naïm, l’animateur des Ciné-débats invite les participants à débriefer le film au tableau : que raconte le film ? Quel résumé en font-ils ? Qui sont les protagonistes ? Quels sont leurs rôles respectifs ?

Cette première étape amène les jeunes à faire un bilan à chaud, à resituer collectivement les différentes informations. Viennent ensuite spontanément des liens entre fiction et réalité, et les premières analyses des métaphores du film... En découlent enfin les premières réflexions sur un système valorisant certaines classes sociales et dévalorisant d’autres.

 

Le film présente deux classes sociales bien distinctes :

  • la « classe des travailleurs » en queue du train évoquant la définition du prolétariat par Karl Marx : « Par prolétariat, j’entends la classe des travailleurs salariés modernes qui, ne possédant pas en propre leurs moyens de production, sont réduits à vendre leur force de travail pour vivre. »[1]
  • La « classe des oisifs » en tête du train rappelle les écrits de l’économiste et sociologue américain Thorstein Velben « L’émergence d’une classe oisive coïncide avec les débuts de la propriété […] Avec le temps, l’activité industrielle évincera peu à peu l’activité prédatrice. Les occasions de montrer physiquement sa vaillance se feront plus rares, ce qui augmentera l’importance de la preuve indirecte de cette vaillance : la propriété. […] »[2]

Et cette analyse de ses écrits : « Considérant la classe (qu'il nomme la classe de loisir) à l'abri des besoins matériels immédiats et de la contrainte du travail autre que souhaité, il y trouva essentiellement la vanité et le désir de se démarquer de son voisin. Il note que, par sa consommation, l'élite gaspille du temps et des biens. Elle fait du gaspillage du temps, soit le loisir, et du gaspillage des biens, soit la consommation ostentatoire, ses priorités. » [3]

 

Nos jeunes en tirent l’idée globale qu’une classe sociale besogne pendant que l’autre compare les richesses accumulées.

Lors de cette réflexion de groupe, l’une des jeunes a questionné la signification même de ce que l’on peut nommer une richesse en affirmant que d’autres formes d’accomplissement pouvaient être regardées comme des richesses. Cette question illustre la haute portée philosophique que peut faire surgir ce genre d’animation.

 

Trois animations sont venues enrichir et dynamiser le débat :

 

  • Le jeu des chaises[4]

 

Le jeu consiste à demander au groupe qui participe à l’animation de représenter selon ce que l’on croit être juste, la répartition de la population mondiale. Cette répartition, les participants l’illustrent en se positionnant dans une pièce où l’on aura délimité l’espace en fonction de cinq grands ensembles géographiques : Amérique du nord, Europe, Asie, Afrique et Amérique du sud. Par la suite l’animateur informe de la répartition réelle de la population mondiale et repositionne les participants en fonction.

La deuxième étape consiste pour les participants à répartir en fonction de leurs croyances un certain nombre de chaises représentant les richesses mondiales produites en une année sur les cinq ensembles géographiques indiqués précédemment. L’animateur corrige cette répartition de chaises en relation avec la réalité de la répartition des richesses mondiales produites. Ce moment est sans doute le moment clé de cette animation car il vient illustrer de manière matérielle la répartition inégale des richesses. L’animateur, pour faire ressentir encore plus cette inégalité de répartition, peut demander aux participants qui le peuvent de s’assoir sur les chaises. Certains ne trouveront aucune chaise pour s’assoir, d’autres se retrouveront avec plus de chaises que de participants.

 

  • « C’est pas juste ! »[5]

 

Cette deuxième animation questionne encore la répartition des richesses et l’inégalité d’accès aux ressources permettant de vivre dignement, en y ajoutant les difficultés sociales que rencontrent certaines populations et/ou groupes sociaux. Ici l’animation illustre les différences de priorités d’investissements des richesses produites ; les différents participants à l’animation sont mis en situation.

Exemple : un travailleur se voit obligé de reverser une part de son salaire pour payer les études de sa jeune sœur, quand un autre peut s’acheter un terrain ou offrir sont surplus de richesses à sa famille. Le tout est illustré par des cartes tirées au hasard et des friandises représentant les richesses produites. Le nombre de friandises est distribué en fonction de la carte qu’a tirée le participant.

 

Les réactions des jeunes lors de ce jeu ont été vives car celui-ci leur a fait vivre une forme d’injustice dans la répartition des friandises dont ils avaient tous envie.

 

  • Le débat mouvant

 

Le débat mouvant est une technique d’animation utilisée par l’éducateur populaire Franck Lepage durant ses ateliers, elle consiste à représenter les désaccords spatialement pour engager un débat où chacun des participants va pouvoir argumenter son positionnement.

Nous découpons d’abord la salle en trois espaces : Pour / Rivière du doute / Contre.

Naïm a posé une question à tout le groupe qui se trouve au centre de la pièce dans la rivière du doute : « Trouvez-vous normal qu’il existe des riches et des pauvres ? »

Chaque participant s’est déplacé ensuite à l’endroit qui indiquait sa réponse. Ceux qui doutaient pouvaient rester au centre de la pièce. Ensuite chacun pouvait prendre la parole afin qu’il puisse donner les raisons qui, selon lui, justifiaient son choix. Tous les participants argumentent à leur tour, en espérant faire venir dans leur camp ceux qui sont en désaccord.

 

Lors de cette animation les jeunes ont questionné la notion de justice sociale.

Est-ce qu’être riche ça se mérite ? Est-ce que cela veut dire que certains méritent d’être pauvres ? Est-ce que quelqu’un qui hérite d’une fortune a mérité cette richesse et si oui, est-ce sans condition aux regards des conditions de vie des autres ?

C’est ce genre de questions qui ont jalonné le débat et suscité la réflexion lors de cette animation.

 

En fin d’atelier, nous avons proposé aux jeunes un débriefing et une évaluation. Nous nous sommes rassemblés en demi-cercle afin que chacun puisse donner ses impressions sur le film, ainsi que les animations auxquelles il avait participé.

Le dispositif d’évaluation s’appuyait sur l’expression volontaire des jeunes, cette évaluation de séance est primordiale pour l’équipe qui souhaite adapter ce type d’animation aux demandes des participants et en améliorer l’aspect ludique qui favorise la motivation et l’apprentissage !

 

 

 

[1] Karl Marx, Philosophie, Gallimard, 1994, P. 594

[2] Thorstein Velben, Théorie de la classe de loisir, 1899

[3] Wikipédia : biographie de Thorstein Velben https://fr.wikipedia.org/wiki/Thorstein_Veblen

[4] http://www.iteco.be/revue-antipodes/se-jouer-des-inegalites-cinq-exercices-dont-le-jeu-des-chaises-actualise/article/jeu-des-chaises-actualise

[5] https://ccfd-terresolidaire.org/mob/nos-outils-d-animation/visa-pour-le-voyage/developpement-et/c-est-pas-juste-4386

vacances-précautions

Le programme des activités organisées pour les enfants cet été !

Cet été, le Centre Pédagogique Paroles organise 4 semaines d'activités à destination des enfants. Les thèmes des activités sont différents chaque semaine !

Les activités de vacances sont accessibles aux enfants à partir de 8 ans jusque 12 ans (6e primaire). Les journées d'activités se déroulent en moyenne de 10h00 à 17h00 mais peuvent varier ponctuellement selon les activités.

Les inscriptions pour ces activités se déroulent les mercredis 13 et 20 juin 2018 de 14h00 à 17h00. Les prix s'élèvent à 25 euros par semaine. Veuillez vous munir d'une vignette de l'enfant si c'est sa première inscription à Paroles.

Voici les programmes des 4 semaines d'activités:

en_tete_invitation_2

Paroles fête ses 20 ans cette année !

Paroles a 20 ans cette année ! Un tel événement, cela se fête !

Nous sommes ravis de vous convier à célébrer ce moment particulier avec nous. Pour que ce jour soit mémorable, nous serions enchantés par votre présence.

N'hésitez pas à participer en passant toute l'après midi ou simplement en coup de vent !

Paroles asbl en quelques mots...

Paroles est une association sans but lucratif fondée en 1996 par un collectif de personnes issues des mondes de l'enseignement et de l'animation. L'objet de l'asbl est de promouvoir des politiques de lutte contre le décrochage scolaire en vue de réaliser l'égalité des chances et de prévenir la délinquance. Elle poursuit la réalisation de cet objet -sans que cette liste ne soit limitative- par tous les moyens, notamment par un soutien scolaire , des cours et formations d'acquisition de méthodes de travail, par la création d'actions liées à la citoyenneté, l'élaboration d'ateliers d'expression et à la participation à des événements culturels. 

Nous contacter

Téléphone

02 219 46 30

0476 93 26 71

Adresse

Chaussée de Haecht 37/41
B-1210 Bruxelles

Coordonnées bancaires

BANQUE FINTRO

IBAN BE31 1420 5113 1755

Numéro d'entreprise : 460 346 954

Copyright 2017 © All Rights Reserved